Réforme territoriale : pour nous c’est NON !

Tribune du groupe PG dans le magazine Champigny notre ville des mois de juillet et août 2014

Présenté en Conseil des ministres le 18 juin, le projet de réforme territoriale de François Hollande passe cet été au Parlement. Parce qu’il destructure en profondeur l’organisation institutionnelle de notre pays, parce qu’il substitue à l’unité et l’égalité républicaines la compétitivité et la mise en concurrence, parce qu’il délite tous le cadres démocratiques où s’exerce la souveraineté populaire, cette réforme territoriale couvre Marianne d’ignominie.

Le cadre institutionnel n’est pas affaire technique et encore moins économique. Il s’agit du réceptacle pour porter et faire vivre un projet politique. En un mot, le contenant définit le contenu. Et jusqu’à aujourd’hui, le contenu, c’était le projet républicain. Par son grand chamboule-tout institutionnel, le Président change la nature de ce projet.

Derrière l’écran de fumée de la fusion des régions se cache en réalité la mise en adéquation des territoires avec la doxa libérale et l’affaissement de tous les échelons démocratiques. L’Europe s’impose à la Nation, la Région avale le Département, les intercommunalités vident les communes de leur substance.

François Hollande a ainsi annoncé la disparition des départements à l’horizon 2020. Mais il souhaite déjà aller plus vite sur les aires métropolitaines et notamment en petite couronne. Le Val-de-Marne, ses politiques spécifiques de lutte contre les inégalités, de crèches départementales, d’émancipation collective…seraient donc voués à disparaître au mieux dans 6 ans et plus certainement sous deux ans.

Quant aux communes, le Président a affirmé les intercommunalités et regroupements de communes comme les structures-clés de l’action locale. Ce sont donc elles qui vont devenir dépositaires des actions jusqu’alors portées au plus près des citoyens par les communes. Champigny existerait encore mais ne serait rien mieux qu’une coquille vide.

Nous, élus du Parti de Gauche, refusons de mettre le petit doigt dans cet engrenage dévastateur. C’est pourquoi nous avons refusé lors du Conseil municipal du 4 juin de participer au vote sur un vœu entérinant les travaux de la mission de préfiguration du Grand Paris, cette métropole absurde, véritable porte d’entrée du projet global initié hier par Nicolas Sarkozy et porté aujourd’hui par François Hollande. Nous en appelons dès à présent à la mobilisation générale pour l’abandon de ce projet de réforme territoriale.

François Cocq

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s