Retour sur le Conseil municipal du 4 mars


Le Conseil municipal du 4 mars a été éclairant à bien des égards.

HDV ChampLa première partie de ce conseil municipal extraordinaire a en effet été consacré à la venue de la Société du Grand Paris. Ses représentants ont apporté des éléments à l’assistance et répondu aux élu-e-s avant le début des travaux qui vont s’engager dans les prochaines semaines : la réalisation du Grand Paris Express (Métro ligne 15) et notamment des deux gares situées sur Champigny ainsi que le site de maintenance et de remisage (SMR).

Mais ce conseil municipal avait également une connotation très politique avec le débat d’orientation budgétaire (DOB), exercice obligé avant le vote du budget qui interviendra lors du prochain conseil municipal le 8 avril. Celui-ci mérite qu’on s’y arrête tant il lève le voile sur la politique de l’entre soi défendue par la droite et le suivisme gouvernemental de béni oui-oui du groupe PS qui a ajouté l’insulte à l’arrogance, en mettant dans un même sac « les deux extrêmes ». Allez lire le compte-rendu (ci-dessous), cela vaut le détour !


Il convient de noter l’absence lors de ce moment important de la vie démocratique locale des deux élu-e-s du Front National. Sans doute les deux Casper du FN sont-ils trop absorbés dans leurs campagnes départementales pour lesquelles ils sont candidat-e-s pour venir exercer en séance leur mandat. Ou comment le FN se révèle à chaque séance plus intéressé par les ressorts électoralistes que par l’intérêt de celles et ceux qu’il prétend représenter.

A noter enfin une délibération importante pour valider l’installation du système d’auto-partage Auto-Lib’ à Champigny. Proposition portée par le Parti de Gauche dans le cadre de la campagne ce qui a permis de l’inscrire dans le programme de la majorité, celle-ci se matérialise aujourd’hui : pari tenu !

Grand Paris – Métro ligne 15 :

Pour ne pas ajouter de la littérature aux nombreux documents existants, nous vous invitons à retrouver des informations pratiques et concrètes à ces adresses :

Site de la Société du Grand Paris : http://www.societedugrandparis.fr/
Gare de Chapigny : http://www.societedugrandparis.fr/gare/champigny-centre
Gare de Champigny/Bry/Villiers : http://www.societedugrandparis.fr/gare/bry-villiers-champigny
Site SMR : http://www.societedugrandparis.fr/focus/les-sites-industriels/site-Champigny

Débat d’orientation budgétaire :

Comme il se doit, les différents groupes se sont exprimés à cette étape de l’élaboration du budget 2015 de notre commune (à l’exception donc du FN qui a préféré faire la politique de la chaise vide). Après une présentation détaillée par Marie Kennedy, Jeannick Le Lagadec est intervenue en tant que présidente du groupe Parti de Gauche.

Elle a tenu à rappeler que ce débat jette théoriquement les bases des positionnements de notre majorité en matière budgétaire pour la mandature à venir. On verra à cet égard les divergences avec l’approche comptable et austéritaire du groupe socialiste. Jeannick Le Lagadec a fait le constat que le budget 2015 de la Ville de Champigny est circonscrit par la politique de l’étranglement budgétaire édictée par le gouvernement. De fait, le vote du budget 2015 sera donc pour nous douloureux. La baisse des dotations aux collectivités par le gouvernement vise à contraindre les collectivités à réduire coûte que coûte leurs dépenses et notamment les dépenses d’investissement. La traduction des 3,7 milliards de baisse au niveau national s’élève à pour Champigny à une baisse des dotations de l’Etat d’1 million d’euros en moins pour 2014 et 2,5 millions pour 2015 !

Cette baisse  a des conséquences lourdes et de long terme sur nos finances locales. Elles grèvent durablement nos capacités d’autofinancement, réduisent le niveau de prestations, freinent la réalisation des travaux et équipements nécessaires. Dans le même temps, notre commune doit d’une part porter de nouvelles charges (mise en place des rythmes scolaires, allocations de solidarité…) et  veut d’autre part porter l’avenir de notre ville avec ambition en poursuivant la réalisation des investissements publics nécessaires.

Dans cette esprit, le groupe Parti de Gauche a réaffirmé ses orientations au service des campinois-es : le service public est le seul bien de ceux qui n’ont pas de bien, et qu’il est de la responsabilité de l’Etat Républicain, redistributeur, de permettre aux services publics de se déployer. Comment le gouvernement peut-il  d’une main signer un contrat de Ville (voir lettre précédente ou : https://eluspgchampigny94.wordpress.com/2015/02/24/retour-sur-le-conseil-municipal-du-4-fevrier-2015/#more-126 – délibération n° 1) qui réclame davantage d’intervention publique et de l’autre obéir à Bruxelles et priver le service public des moyens d’exister ? De la même manière, alors même que les fonctionnaires territoriaux portent cheville au corps l’intérêt de nos concitoyens, il est inepte de leur faire subir une dégradation du service qu’ils pourront désormais rendre et des conditions plus difficiles dans lesquelles ils devront exercer leur mission.

Il convient aussi de dire un mot des prises de position des autres groupes.

Le président du groupe de la droite étant sans doute lui aussi trop accaparé par sa campagne, il a laissé le soin à son collègue Alain Chevalier de donner leur position. Pour le moins, celle-ci exonère leur camp de toute responsabilité, comme si la politique de casse social, économique et républicaine de Hollande et Valls n’était pas le prolongement de l’œuvre engagée par Nicolas Sarkozy ! Alain Chevalier a demandé à l’équipe municipale de s’engager sur le taux de fiscalité alors qu’il sait très bien que ceci est impossible à cette étape, les dotations de l’état n’étant pas stabilisées et les écarts toujours possibles pouvant contraindre à des ajustements. La volonté de l’exécutif lui a cependant été rappelée, à savoir autant que possible faire en sorte de ne pas avoir recours à ce levier pour équilibrer un budget que le gouvernement a mis dans le rouge. Pour le reste, la droite reste la droite, conservatrice et défendant les seuls intérêts de sa classe, comme en témoignent leurs propositions rappelées par M. Chevalier parmi lesquelles on retrouve le fait de cesser de construire des logements sociaux (ce qui concrètement ne stabilise pas le taux de logements sociaux mais le fait diminuer, comme si les 4800 demandeurs de logements inscrits n’existaient pas…) ou encore de favoriser l’implantation de populations aux revenus plus élevés, bref, de livrer notre ville à la spéculation foncière et immobilière.

Crédit photo photosdegauche.fr (COSKUN Alparslan)Le groupe du Parti socialiste n’a pas été en reste dans la caricature. L’intervention de sa présidente, Caroline Adomo, devrait éclairer les électrices et les électeurs devant lesquels elle se présente à l’occasion de ces élections départementales. Comme un miroir de la droite, tout serait selon elle de la faute de la droite. Mais ce sont ses développements qui font passer du sourire aux larmes. Ainsi, selon elle, « la baisse des dotations aura un effet vertueux pour les collectivités car elle leur permettra de mieux gérer leur budget » ! Il fallait oser ! Que chacun-e se livre à l’exercice : si l’on baisse votre salaire, c’est pour vous permettre de vivre mieux ! Ridicule. Plus loin, la même avance que la situation va s’améliorer du fait «de l’action conjointe et coordonnée du gouvernement, de la nouvelle Commission européenne et de la Banque centrale européenne ainsi que d’une nouvelle conjoncture économique». Bref il faut s’en remettre aux bourreaux et espérer une intervention…divine ?

C’est alors que Caroline Adomo a lâché la phrase qui fâche : «Il faut soutenir les réformes du gouvernement car elles sont justes. D’ailleurs l’objectif est partagé par tous sauf par les deux extrêmes du spectre politique». Cette phrase mérite qu’on s’y arrête. D’abord, Caroline Adomo, telle ses maîtres, s’arroge la labellisation du concept de justice. Qu’il nous soit permis de douter de celui-ci ne serait-ce qu’en termes de justice sociale. Dans le même temps, l’élue met en exergue comme une fierté la convergence de vue des partis du système puisque « tous » sont d’accord. Ce n’est pas faux et l’intervention de la droite montrait que sur le fond, c’est du pareil au même.
C’est alors qu’intervient la saillie contre le Front de Gauche. Reprenant les termes mêmes qui servent à Laurent Jeanne, patron local de la droite, comme argument de campagne, Caroline Adomo qualifie le Front de Gauche « d’extrême ». Un rejet qui va plus loin puisqu’elle ose mettre sur le même plan extrême gauche et extrême droite, reprenant à son compte la lamentable comparaison que s’était cru autorisé son patron départemental Luc Carvounas. Honte à ceux qui salissent le combat politique en insultant celles et ceux qui sont en premier ligne et décidément bien seul pour faire face à l’extrême droite et au fascisme. Sans histoire et sans conscience politique voilà à quoi conduisent des « bons » mots prononcés par des inconséquents !

Autolib’ :

AutolibIl s’agissait là d’un moment important puisque le Conseil municipal devait valider l’adhésion au syndicat Autolib’ de manière à permettre sous deux ans l’implantation de six stations (pour commencer) de ce système d’auto-partage. Après que Chrysis Caporal, présidente du groupe Gauche citoyenne – EELV, ait présenté le projet et rappelé les garanties nouvelles notamment en termes écologiques apportées par les voitures électriques Autolib’ (électricité 100% propre). François Cocq est intervenu au nom du groupe Parti de Gauche. D’abord pour rappeler à la droite qui cherchait à s’arroger la paternité du projet que celui-ci était bien un engagement de campagne de la majorité qui se concrétisait. D’autre part, pour se féliciter de cette mise en place qui sera utile au quotidien des campinois-es, permettra une meilleure intégration dans l’aire géographique qui se dessine en petite couronne en reliant notre ville à d’autres territoires eux-aussi porteurs d’Autolib’, et sera désormais écologiquement soutenable. Toutefois, François Cocq a fait remarquer que des progrès en matière écologique sont encore à faire, notamment en ce qui concerne les piles de charge des voitures électriques utilisant des minerais rares qui ne doivent pas être prétextes à une nouvelle exploitation de pays en développement. C’est aussi sur le fond du projet que François cocq a regretté qu’un tel système d’auto-partage n’ait pu être porté à l’origine par la puissance publique, la ville de Paris faisant le choix du groupe Bolloré qui dispose désormais d’un marché captif, les communes entrantes étant obligées de faire le même choix pour partager le dispositif sur le territoire francilien.

Plateforme pour la Rénovation Energétique pour Tous (PRET) :

Un projet expérimental important va voir le jour sur notre commune : la plateforme pour la rénovation énergétiqueCapture 20 pour tous (PRET).  François Cocq a tenu à saluer cette initiative du Conseil général du Val-de-Marne et de son Président Christian Favier qui ne se contente pas de réserver la rénovation de son habitation à celles et ceux qui en ont les moyens (car pour bénéficier d’un crédit d’impôts, il faut avoir les moyens d’avancer les fonds ce qui n’est pas le cas des plus modestes) mais qui au contraire mais en place un dispositif de suivi et de guichet pour permettre un meilleur diagnostic et une prise en charge des projets des plus modestes qui sont aussi souvent ceux qui se retrouvent en situation de précarité énergétique. Ainsi, à la loi sur la transition énergétique qui venait d’être votée la veille au Sénat en première lecture, François Cocq a opposé la démarche du Conseil général qui est une démarche volontariste au service de tous. C’est pourquoi les élu-e-s du Parti de Gauche ont voté cette délibération, se félicitant par ailleurs du coup de pouce donné par la ville à celles et ceux qui s’engageraient dans ces projets.

******************

Ce retour désormais régulier sur le conseil municipal s’inscrit tout à la fois dans une démarche d’information des Campinoises et des Campinois sur les délibérations débattues publiquement par l’assemblée municipale, mais aussi dans un retour sur leur action de la part des élu-e-s du Parti de Gauche suite au mandat qui leur a été confié par le peuple.

6eme-republique

 —————

Le prochain conseil se tiendra le mercredi 8 avril, à 20h30, salle du Conseil municipal (Hôtel de Ville). La séance est publique.

Publicités

Une réflexion sur “Retour sur le Conseil municipal du 4 mars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s