Retour sur le Conseil municipal du 6 mai 2015

HDV Champ

Dans cette période de reprise en main par l’Etat du devenir des territoires dans le cadre du Grand Paris, le Conseil municipal a débattu du Contrat de Développement Territorial que la ville a rédigé avec ses partenaires et qui devait être signé début juin avec le Département et l’Etat. Sujet hautement politique puisque depuis, patatras, le gouvernement a posé un nouvel acte d’autorité et entend décider seul !

D’une manière générale, l’ensemble des délibérations de ce conseil municipal comme de tous ceux de la période sont corsetées par le cadre contraint et toujours non stabilisé de la loi MAPTAM sur la métropole du Grand Paris et de la loi NOTRe sur la réforme territoriale. Ajoutez-y la loi de finances qui étrangle les collectivités et le tour est joué pour déposséder les élu-e-s locaux et les populations qu’ils représentent de leur pouvoir de décision.

Au menu également de ce conseil municipal, un vœu déposé par le Parti de Gauche et la majorité pour la reconnaissance des crimes d’Etat commis le 8 mai 194 à Setif, Guelma et Kherrata.

Enfin, le désormais traditionnel observatoire local de l’action municipale du FN où vous entendrez parler de la « kalachnikov fiscale » de Mme Recher…

Le Contrat de Développement Territorial

Il s’agissait lors de cette première délibération d’approuver le Contrat de Développement Territorial (CDT) des « Boucles de la Marne ». Elaboré en commun avec les villes Bry sur Marne et Villiers sur Marne, celui-ci a donc été voté dans les mêmes termes par les Conseils Municipaux des trois communes.

CDT

Ce CDT s’inscrit dans le cluster de Marne la Vallée dédié au développement durable et a pour vocation de construire un espace dynamique et créateur d’emploi à travers un développement cohérent respectueux des équilibres dans le domaine du logement, et de la création d’activité et d’emploi.

CDT 2Développement durable et exigences environnementales sont donc naturellement au cœur de ce CDT. Il importait plus que jamais pour notre ville de signer ce CDT lors de ce conseil. En effet, l’Etat avait soulevé l’hypothèse de la mise en place d’une Opération d’Intérêt National (OIN) sur les terrains disponibles de l’ancienne Voie de Desserte Orientale (ex VDO) pour y piloter un projet tourné quasi exclusivement vers le logement. Face à cette vision technocratique de la gestion publique qui se ferait contre les territoires et leur population, il importait de poser un acte par l’adoption de ce CDT comme l’ont également fait les deux autres communes concernées mais aussi le Département du Val-de-Marne.

Incapables de porter cette vision stratégique, la droite et le FN se sont abstenus sur le vote de ce CDT. L’histoire n’a pas tardé à montrer leur faute puisque quelques jours plus tard, le préfet représentant de l’Etat a, dans une démarche autoritaire incroyable, interdit la signature de ce CDT malgré les votes des représentants du peuple dans ces collectivités. Il n’a pour cela apporté aucun argument juridique !

Démonstration est ainsi faite que l’Etat entend imposer une OIN et que la meilleure façon de résister à cette mise sous tutelle est d’avancer sur les bases de notre propre projet de territoire défini avec les collectivités partenaires et avec les populations. Et non de baisser pavillon comme l’ont fait la droite et le FN.

Autres délibérations

La délibération n°5 portait sur la mise en place d’une taxe d’occupation de l’espace public le long de certains axes. Cette taxe vise à restreindre l’occupation par les concessionnaires automobiles du trottoir, notamment autour du lycée Langevin-Wallon. La prolifération des voitures d’exposition au mépris de tout cadre règlementaire empêche en effet la circulation sur le trottoir, notamment pour les personnes à mobilité réduite mais aussi pour les poussettes. Par ailleurs, à l’heure où d’importants travaux sont engagés sur ce secteur dans le cadre de l’arrivée du Grand Paris Express, la municipalité a fait le choix de prendre des mesures importantes visant à améliorer le stationnement pour les riverains, à permettre les arrêts pour les clients des différents commerces et faciliter le parking pour les patients des professions libérales. Ces mesures ont été prises après échange avec les différents concessionnaires lesquels les ont acceptées, bien conscients qu’ils bénéficiaient jusqu’à présent de la mansuétude la puissance publique leur permettant d’exposer aussi largement leurs véhicules.

Pourtant, la droite et Monsieur Chevalier ont trouvé à y redire regrettant la « pénalisation des commerçants » et se lançant dans une comparaison incongrue selon laquelle « les commerçants sont sanctionnés mais il y a un laisser faire pour les conducteurs ». Comprenne qui pourra…La droite s’est abstenue et le FN a voté contre (voir plus bas l’observatoire local de  l’action municipale du FN).

Maison de l'emploiLa délibération n°13 relative à la convention annuelle de coopération entre la ville de Champigny et la Maison de l’emploi et des entreprises des Bords de Marne a fait l’objet d’un échange qui a permis le constat partagé que cet outil peinait aujourd’hui à trouver sa place et qu’il ne saurait avoir vocation à remplacer Pôle emploi et le service public rendu par celui. Si cette convention est adoptée pour l’année 2015 déjà entamée, sa pertinence et le prolongement de ce partenariat doit être interrogé sans tabou.

2E2MEnfin la délibération n°15 qui définit la convention pluriannuelle d’objectifs entre l’Etat, la ville de Champigny et l’Ensemble 2e2m a fait l’objet d’un échange avec la droite, Monsieur Chevalier se basant sur la nature et son goût peu prononcé pour la musique contemporaine pour juger la subvention trop élevée. Au contraire, nous jugeons pour notre part que c’est cette diversité culturelle, cette liberté artistique et cette capacité à explorer et faire partager de nouvelles sensibilités qui fondent la richesse de l’esprit humain. Ensemble professionnel de haut niveau reconnu au plan national et international dans le paysage de la musique contemporaine, l’Ensemble 2e2m s’inscrit pleinement dans une démarche d’ouverture vers tous les publics en prenant sa place dans de nombreuses initiatives sur la ville à travers des approches éducatives et d’ouverture culturelle qui permettent d’abattre les frontières pour rendre ce genre de musique accessible au plus grand nombre et non le confiner dans un petit cercle élitiste. Là où le FN et la droite se sont abstenus, les élu-e-s du PG ont donc eux voté favorablement à cette convention.

Vœu pour la reconnaissance des massacres de Setif, Guelma et Kherrata

L’association Les Oranges 94 avait fin avril sollicité les élu-e-s pour le dépôt d’un vœu pour la reconnaissance des massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kerrata. Leur initiative s’inscrit dans la démarche du collectif national qui s’est constitué le 14 avril 201 et qui regroupe associations, historiens et partis politiques. Les élu-e-s du Parti de Gauche se sont aussitôt saisi de cette interpellation pour déposer lors de ce Conseil municipal un vœu (lire ici) similaire celui qui avait été déposé quelques jours plus tôt à Paris par l’élue PG Danielle Simonnet et qui avait été adopté à l’unanimité. Massacre Sétif 70 ans après les faits, il nous semble en effet indispensable que l’Etat et le Président de la République reconnaissent enfin les massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata et que soit procédé à l’ouverture de toutes les archives relatives à ces terribles évènements. C’est ce qu’a développé François Cocq dans son intervention (lire ici). Le vœu a été adopté, après interruption de séance, avec l’ensemble des voix de la majorité et malgré le fait que la droite et le bout croupion du FN qui restait en séance n’aient pas pris part au vote.

Observatoire local de l’action municipale du FN Le Front national est décidément toujours aussi vindicatif dans le verbe mais se dérobe à chaque fois dès qu’il s’agit de poser des actes. Ce fut le cas lors du vote sur le CDT, les élu-e-s FN préférant faisant le choix de l’abstention et laissant ainsi les clés de l’aménagement de notre territoire à l’Etat. Le FN plie sans même se battre devant la technocratie du Grand Paris : des tigres de papier !

La traditionnelle minute absurde du Conseil municipal fut encore une fois l’œuvre de Madame Recher qui, sur la délibération n°5, est venue défendre l’occupation illégale du domaine public par les concessionnaires automobiles qui alignent leurs voitures sur les trottoirs le long de la RD4 (voir plus haut). Le FN s’est à cette occasion encore fait le chantre du libéralisme économique le plus effréné contre l’intérêt général. Madame Recher a usé de tous les amalgames pour critiquer l’impôt en général et sa dimension redistributrice en particulier, allant jusqu’à parler de « kalachnikov  fiscale ». Pour quelqu’un qui est resté muet sur le budget de la ville lors des trois précédents conseils municipaux, il était temps de se réveiller ! Encore que si elle avait ouvert les yeux un peu plus tôt, elle se serait aperçue que cette année encore, les taux d’imposition n’ont pas augmenté sur Champigny contrairement aux villes alentours…bref, une pantomime de plus !

Comme souvent, nous avons également eu droit aux votes distincts au sein du groupe FN (délibération n°9),  ce qui certes est bien leur droit mais qui est surtout la preuve du peu de travail de préparation qu’ils font sur les délibérations.

Mme Recher s’est également mise en évidence lors de la délibération n°10 en s’abstenant là où la municipalité a fait le choix efficace d’intervenir par un travail d’accompagnement dans la copropriété du 8/16 avenue Boileau. Cette action a pourtant permis d’intervenir sur une copropriété au cadre matériel et social dégradé de manière à ce que les habitants qui le souhaitaient puissent rester sur site, avec un loyer décent, et en maintenant le cadre de la copropriété tout en la préservant des marchands de sommeil. Cette action exemplaire ne saurait suffire à Mme Recher et au FN qui préfère laisser les plus nécessiteux dans la misère et les voyous qui profitent de celle-ci s’en mettre plein les poches. CQFD !

Enfin, comme de juste, le Front National a vociféré contre le vœu pour la reconnaissance des massacres de Setif, Guelma et Kherrata, Monsieur Rougier considérant même que ce vœu et le devoir de mémoire qui l’accompagne correspondait à « souffler sur les braises » avant de… quitter la salle avant même que la discussion ne s’engage. Sa collègue étant restée en séance, elle n’a pas pris part au vote. Tout juste a-t-elle- trouvé  l’occasion de donner du « Mes chers amis » à la droite, preuve supplémentaire s’il en était besoin que loin du ni droite ni gauche, le FN a bien choisi son camp… Madame Recher a par contre trouvé le moyen de dire dans la presse (auprès de qui elle trouve décidément une oreille très attentive) que le départ de son collègue était lié aux attaques verbales de François Cocq contre les politiques menées par le FN dans les villes dirigées par le parti frontiste : « Jean-Marie Rougier n’a pas quitté la salle en raison du vœu mais parce que François Cocq (PG)  vilipendait la politique du Front National et celle de Robert Ménard à Bézier. Je suis restée et n’ai simplement pas pris part au vote », réagit Virginie Récher, conseillère municipale FN. » (extrait de l’article de 94 Citoyens : http://94.citoyens.com/2015/champigny-sur-marne-vote-un-voeu-pour-reconnaitre-les-massacres-du-8-mai-1945-en-algerie,07-05-2015.html#more-84612 ) De fait, ces mises en lumière ont bien eu lieu et sont assumées par l’intéressé. Mais Monsieur Rougier avait déjà fui le débat et n’était plus là pour les entendre. Du travestissement de la vérité…

******************

Ce retour désormais régulier sur le conseil municipal s’inscrit tout à la fois dans une démarche d’information des Campinoises et des Campinois sur les délibérations débattues publiquement par l’assemblée municipale, mais aussi dans un retour sur leur action de la part des élu-e-s du Parti de Gauche suite au mandat qui leur a été confié par le peuple.

—————

Le prochain conseil se tiendra le mercredi 3 juin, à 20h30, salle du Conseil municipal (Hôtel de Ville). La séance est publique.

Publicités

Une réflexion sur “Retour sur le Conseil municipal du 6 mai 2015

  1. Mdr, Dans certaines rues pas besoin de concessionnaires auto pour être empêché de circuler sur le trottoir.
    Il suffit de voir les urbanistes de la ville à l’oeuvre pour voir apparaître des poteaux en plein milieu des trottoirs, ou des attaches vélos ou motos, des bornes en tout genre qui ne sont mêmes pas alignées entre elles.

    Dans certains quartiers ce sont les résidents qui se garent sur les trottoirs.

    Dans d’autres, se sont des gravats déposés là qui gênent.

    Bien-sûr la Mairie préfère laisser faire plutôt que de pénaliser les responsables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s