Déchéance du sens

François CocqTribune publiée dans le magazine municipal Champigny notre ville de février 2016

Entre le moment où j’écris ces lignes et celui où vous me lirez, le Président de la République aura peut-être consenti à revenir sur sa proposition d’extension de la déchéance de nationalité. Ou pas. Mais quoi qu’il en soit, le mal est fait.

La mobilité, volontaire ou forcée, participe de ce processus qui depuis 2 millions d’années fonde l’Humanité toute entière : le mélange. A Champigny, beaucoup sont venus d’Italie, d’Espagne ou du Portugal, du Maghreb, d’Afrique occidentale ou équatoriale, du proche- orient, d’Asie ou d’ailleurs. Et avec eux des histoires de familles, ici douces, là douloureuses, des parcours de vie. Notre ville est riche de cela.

Depuis des décennies, des campinois, filles et garçons, sont nés par milliers et portent en eux une part de cette histoire. Nombre d’entre eux ont une double nationalité. Cela ne saurait être un problème : la nationalité française n’est pas exclusive et ne vise pas à gommer les attachements et les liens des individus. Elle se tourne vers l’universel.

Celui ou celle qui est français-e ne l’est pas à moitié : il ou elle l’est tout entier-e parce que dans notre République, la nationalité est intimement liée à la citoyenneté. Celui ou celle qui est français est citoyen-ne en ce sens qu’il accepte d’aliéner une part de lui pour la retrouver plus grande encore dans le corps politique que nous constituons en commun et qui forme la patrie républicaine. C’est cela qui rend notre peuple indivisible.

Or voilà : au prétexte de lutte contre le terrorisme, de mesquins calculs politiques conduisent le chef de l’Etat et son Premier ministre à vouloir étendre aux citoyens nés en France la déchéance de nationalité. Mesure absurde et inefficace bien sûr. Mais surtout dangereuse car elle enfonce un coin dans le droit du sol qui est pourtant ce qui ancre notre République en tant que projet politique et non ethnique ou religieux. Au-delà, elle stigmatise et jette délibérément la suspicion sur les français-es qui potentiellement pourraient être détenteurs d’une double nationalité. Et alimente le moulin à haine du Front National.

Les élu-e-s du Parti de Gauche témoignent ici à tous les campinois de leur fraternité républicaine. Que ce soit dans le cadre du Conseil municipal ou auprès des parlementaires de notre territoire, nous sommes aujourd’hui mobilisés pour éviter cette vilénie présidentielle.

François COCQ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s