Jacques J.P. Martin s’assoit sur la démocratie pour s’en mettre plein les fouilles

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeLors du Conseil de territoire Paris Est Marne et Bois du 29 mars 2016, un vif échange avait eu lieu à propos de l’attribution des indemnités aux élu-e-s et notamment au président et aux vice-présidents. Pour mémoire, le Président multi cumulard Jacques J.P. Martin s’était alloué une indemnité de 3421€ quand les vice-présidents recevaient chacun une indemnité de 1064€.

A l’heure de passer au vote et devant le tollé, le Président Martin avait été contraint de renvoyer cette question à un prochain conseil de territoire, affirmant comme en fait foi le procès-verbal officiel de la séance : « Dans l’esprit de notre débat de tout à l’heure, il y avait le souhait de répartir autrement, de faire en sorte qu’avec la même enveloppe, on répartisse autrement entre président, vice-présidents, et conseillers de territoire. C’est ce dont on parlera pour le 1er juillet. En fait, on en reparlera, parce que, de toute façon, compte-tenu du débat que nous venons d’avoir, il est hors de question de se contenter de la délibération d’aujourd’hui pour le mettre en œuvre le 1er juillet. Nous présenterons une répartition différente ».

Lors de la séance du 11 juillet 2016, j’ai interpelé le président Martin pour lui demander quand il comptait proposer cette discussion à notre assemblée, la date fixée étant passée. Pour toute réponse, le président Martin a affirmé que cette question avait été tranchée par la délibération adoptée le 29 mars et qu’il ne saurait y avoir de débat complémentaire comme il s’y était pourtant engagé ! Les indemnités de l’exécutif sont de fait entérinées !

Le président Martin assume donc, malgré ses propre propos qui lui ont été rappelés, de s’asseoir sur les engagements qu’il avait pris devant l’assemblée. Ce véritable passage en forme a-démocratique est un acte d’autorité et une insulte faite aux citoyens représentés dans ce cadre.

Pour continuer à se remplir les poches, Jacques J.P. Martin et son exécutif complice se dédisent et foulent aux pieds les principes démocratiques élémentaires en étouffant le débat. Preuve est apportée que pour maintenir ses privilèges, la caste des ploutocrates de la politique renonce sans coup férir à l’exercice démocratique. Cumul, mensonge, autoritarisme sont décidément des mots qui vont de pair.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s