Crise politique au sein du territoire Paris Est Marne et Bois : la réforme territoriale sabordée par les faits

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeElle est belle la réforme territoriale ! Mercredi 2 novembre, en séance, lâché par siens, le Président LR du conseil de territoire Paris Est Marne et Bois Jacques J.P. Martin a été contraint de retirer la délibération sur le budget supplémentaire faute de majorité. Le vote du budget, fût-il de plein exercice ou supplémentaire, est la clé de voûte du fonctionnement de toute assemblée délibérante. L’évènement est donc loin d’être anodin et traduit l’inanité de la réforme territoriale imposée aux collectivités et à leurs habitants dans deux de ses dimensions structurelles : la cogestion et la « dévitalisation » des communes. Lire la suite

Publicités

Jacques J.P. Martin s’assoit sur la démocratie pour s’en mettre plein les fouilles

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeLors du Conseil de territoire Paris Est Marne et Bois du 29 mars 2016, un vif échange avait eu lieu à propos de l’attribution des indemnités aux élu-e-s et notamment au président et aux vice-présidents. Pour mémoire, le Président multi cumulard Jacques J.P. Martin s’était alloué une indemnité de 3421€ quand les vice-présidents recevaient chacun une indemnité de 1064€. Lire la suite

Les cleptomanes pris la main dans le sac

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeLe 29 mars, se tenait à Champigny le Conseil de l’EPT-10 « Paris-Est Marne-et-Bois ». Les pratiques de verrouillage démocratique ont encore été légion, même si l’exécutif a dû plusieurs fois reculer devant la fronde des conseillers territoriaux. L’exécutif autoproclamé a notamment dû battre en retrait sur ses indemnités : report au 1er juillet, sans rétroactivité, des indemnités du président et des vice-présidents de l’EPT-10 et remise à plat de la répartition de l’enveloppe alors que la poignée de prétendus « grands élus » voulait se gaver. Lire la suite

Territoire Paris Est Marne et Bois : indemnités et petits arrangements entre amis

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeOn se souvient que lors de la séance d’installation en janvier 2016 de l’EPT-10 « Paris Est Marne et Bois » une poignée de cleptomanes de la démocratie s’était répartie toutes les présidences et vice-présidence de l’exécutif. Bilan : 13 maires, 13 hommes, 13 cumulards multi-récidivistes. On a aujourd’hui la confirmation qu’il s’agissait bien d’une stratégie délibérée pour confisquer la vie démocratique et refuser de l’ouvrir à l’un-e ou l’autre des 77 autres conseiller-e-s. Lire la suite

Verrouillage démocratique et provocation au territoire Paris Est Marne et Bois

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeLe président du Territoire Paris Est Marne et Bois vient d’informer les conseillers territoriaux de l’annulation du conseil qui devait se tenir lundi 14 mars et de son report au 29 mars, les dossiers n’ayant pas été transmis dans les délais impartis. Lire la suite

La politique ne saurait faire disparaitre le politique derrière la technocratie

CYxq_FVWsAEpuVz.jpg largeIntervention de François Cocq et Delphine Fenasse lors de la séance d’installation de l’EPT 10 le 15 janvier 2016

Mesdames, Messieurs,

Siéger au sein de cet EPT est aujourd’hui un devoir de représentation qui s’impose à nous au regard de l’évolution institutionnelle imposée par le Chef de l’Etat et son Premier Ministre, mais aussi du mandat que nous avons sollicité en 2014 auprès de nos concitoyens dans nos différentes villes.

C’est en effet dans le cadre communal que s’est exprimée la souveraineté populaire. C’est d’elle que nous tenons notre seule légitimité et celle-ci est directement reliée aux orientations et engagements sur la base desquels nous nous sommes présentés devant les électrices et les électeurs.

Dire cela, c’est déjà interroger la question de la légitimité qui est la nôtre en tant que conseillers territoriaux. Celle-ci découle aujourd’hui d’un scrutin indirect au sein de nos différentes assemblées. Mais elle est aussi le fruit d’une construction artificielle, cet EPT 10, qui n’est pas un EPCI institué sur la base de regroupements volontaires ou de projets comme pouvaient l’être ceux nés après les lois de 1992 ou 1999, mais bien le résultat d’un acte d’autorité. Lire la suite